17/05/2007

 

Quand je suis tombée potomane, c'est lorsque j'ai pris conscience que j'étais boulimique (non vomisseuse, à cette époque) depuis un an. Et puis parce que j'étais à un poids qui m'était à la limite du supportable. Alors, j'ai décidé de faire un régime pour perdre du poids mais aussi pour 'guérir de la boulimie'.

J'ai commencé ce régime un jour de vacances en avril 2005. Le matin et dans l'après-midi, je mangeais rien, le midi juste une assiette et le soir des légumes avec éventuellement un petit extra et un yaourt. Et quand j'avais faim; je buvais ! En qques jours, j'avais perdu 2 kilos : j'étais enchantée !

Evidemment les crises sont revenues. Moins fortes, parce que grâce à mon régime je me sentais puissante, je savais que je pouvais tout contrôler, que ces crises étaient un vice dont je devais me débarrasser.

Au lycée, les remarques sur ma consommation d'eau fusent. Tout le monde croit que j'ai un problème d'hydratation. Alors je leur dit que je suis au régime. Tout simplement, de toute façon, j'en étais assez fière !

Mon poids ne dégringole pas tellement à cause des crises, il fluctue beaucoup. Aux vacances d'été je n'avais perdu que 4 kg. Je pars en vacances avec mes parents, reprends du pois puis le reperd aussitôt dès le retour de nos vacances.

Puis c'est la rentrée de septembre. Je rentrais en 1ère dans un nouveau lycée, j'étais contente, je me faisais des copines, la formation me plaisait. Et je mangeais à la cantine. Ce fut la révolution. Des légumes et un yaourt à midi. Je mangeais très peu dans la journée et prenait le repas habituel du soir avec mes parents.

Jusqu'au jour où j'ai passé la visite médicale. Le docteur a vu mon poids et m'a demandé si j'avais toujours été menue. Je lui ai répondu que oui. Le soir même, ma mère voit mon poids sur mon carnet de santé, me demande si je m'affame, je lui réponds que non, juste que je fais attention à ce que je mange. Ce soir là on a mangé des crêpes à dîner.

Le lendemain, je me suis levée et me suis pesée. J'étais contente et heureuse. je n'avais jamais été aussi mince et avais un IMC de 17.8.

En ce temps là je mangais 700/800 kcal par jour et buvait 5 litres d'eau. Mais la semaine qui a suivi cette pesée, la boulimie est revenue, puissance 10. Sur les 6 kg perdus j'en ai repris 4. Je les ai jamais reperdu. Car mon régime était devenu une succession de restrictions de plus en plus sévères et de crises sans prendre ni perdre de poids.

Aujourd'hui ça va mieux, j'ai cessé de m'affamer, par contre je vomis beaucoup plus. Mais je crois que je préfère ça, même si je regrette beaucoup la force que j'ai eu pendant ces 6 mois de résister à la faim.

 

21:25 Écrit par Nervosa dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

15/05/2007

 

Manger peu me fatigue, vomir me fatigue. Manger normalement m'est impossible. Je me réveille chaquie matin avec une boule dans le ventre à cause du stress du bac qui m'empêche de manger, alors je me force à manger au moins un yaourt. et puis le midi je n'ai pas faim, la cantine me dégoûte tellement. Alors je n'ai faim qu'à 16h00 et mange 2 pommes.

A part aujourd'hui, je me suis sentie si vide que j'ai crisé. Et je m'en veux de ne m'avoir pas acheté une 2nde bouteille d'eau. J'ai pas bu assez, je ne me suis pas assez vidée. J' ai gerbé tout mon repas du midi, j'ai l'impression d'avoir les commissures des lèvres brûlées.

Et le soir je rentre chez moi et je n'ai même pas le courage de réviser pour le bac. Pourtant il faut que je m'y mette, le soir, mais c'est dur. Heuresement qu'on enchaîne les ponts dans mon lycée même si il nous les font rattraper sur le mercredi après-midi. Encore demain et après j'ai un week-end de 4 jours.

 

Sinon, j'ai remarqué qqchose d'assez bizarre chez moi : il y a un an je buvais 4/5 litres d'eau par jour. Ouiais, c'est énorme, j'étais potomane c'est à dire que j'avais un besoin de me remplir d'eau. Un peu comme une boulimie d'eau. En fait c'est en buvant énormément d'eau que j'ai réussi à perdre du poids car je me remplissais tellement que je n'avais plus faim. Et puis j'avais gardé cette habitude mais depuis elle est partie toute seule. Ca fait maintennt peut-être bien depuis fin 2006 que je me force pour boire un litre d'eau par jour. Le matin, je buvais 3 à 5 cafés ou thés maintenant tout juste un. Et dans la journée, je ne bois même pas ma bouteille de 0.5 L entièrement. Fautvraiment que je me force à boire !

 

13:29 Écrit par Nervosa dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

10/05/2007

 

Coucou !

Rassure-toi Moustik, je vais très bien. C'est juste que les PC du lycée sont quasiment tous HS ! Et avec les révisions, j'évite d'aller sur le net le soir, eh oui je suis studieuse.

Donc en bref, qques news de moi : j'ai fété mon anniversaire mardi dernier, j'ai mangé dans un restaurant chic de ma ville, c'était très bon. Et puis, j'ai trouvé ça tellement bon, que j'en ai oublié les calories.

De retour au restaurant j'ai eu l'agréable surprise de voir toute ma famille qui m'attendait. En plus, en gâyeaux, j'ai quasi rien mangé. Ouf !

En cadeaux, j'ai vraiment été gâtée. J'ai eu un stepper latéral, ouvrir le paquet devant toute la famille j'avais un peu honte mais finalement tout le monde l'a essayé alors on s'est bien marré.

Voilà, c'était super, le resto et toute la famille au complet dans le salon à mon retour je m'y attendais pas, c'était une surprise totalement réussie.

Aujourd'hui j'ai la pêche. Même si j'aai crisé qques gâteaux. Eh, ouais tout n'est pas parfait !

16:50 Écrit par Nervosa dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

04/05/2007

Because I Love It...

Cette après-midi, en descendant du bus après les cours je savais qu'il fallait que je crise. Parce que j'avais faim et que j'étais fatiguée. Donc, je suis rentrée chez moi, ai pris un goûter light puis je suis sortie. J'ai acheté des Petits Ecoliers et des Kit-Kat. Je me suis posée dans un cloître d'un jardin public, un peu en retrait des gens qui étaient allongés ou qui jouaient sur la pelouse. Je hais criser devant les gens, j'ai toujours peur qu'ils devinnent que je suis en train de criser. J'ai avalé calmement, en buvant régulièrement de l'eau. Manger m'a détendue, ça m'a relaxée, mon angoisse s'est envolée. Je n'ai mangé que la moitié de ce que j'avais acheté. Après, direction la bibliothèque municipale, ça tombait bien j'avais des livres à rendre en + ! Détour par les WC, puis je rends les livres, en prends un autre, puis retour aux WC. Je pense avoir tout vomi car même les épinards de ce midi revenaient. J'ai honte de le dire mais c'est tellement ce que je pense : je suis contente d'avoir si bien vomi. Plus je vomis moins je culpabilise.

C'est dans ces moments là que j'aime ma boulimie. Je me suis fait du bien en mangeant, j'ai tout purgé, je ne culpabilise pas. Comment pourrais-je me passer de crises comme celles-ci ? Non, vraiment, je ne veux pas guérir...

19:31 Écrit par Nervosa dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Le calme après la tempête

Les crises sont passées et bel et bien digérées autant physiquement que mentalement. Et  la restriction revient d'elle même de façon automatique. C'est un réflexe de ne manger qu'une pomme et un yaourt le matin, ne manger que des légumes et 2 yaourts à midi. Je ne réflechis même plus. Moins je pense à la bouffe, mieux c'est pour moi, de toute façon. Au moins, je dors mieux, quoique je n'ai plus aucune envie d'aller au bahut ces temps-ci. J'ai en moyenne 7 heures de cours par jour, et une fois revenue chez moi je dois encore bosser pour mon bac. Enfin 7 heures c'est éxagéré, car le temps qu'on s'installe et avec des profs aussi lents, j'ai l'impresion de perdre mon temps pour avoir en tout que 3 heures de cours. Ca me démoralise, j'angoisse à moitié dès que je pense à mes révisions, je sais que je ne suis pas une matheuse et que pour les matières scientifiques je vais devoir bosser beaucoup avec, au bout peu de résultats. Heureux, qu'il ne faut que 10 de moyenne pour décrocher le diplôme, car voyez-vous je ne vise pas la mention. Je sais très bien que je ne l'aurais pas. Pour conclure, je suis complétement obnibulée par le bac, et le seul truc qui m'angoisse moins c'est de réviser. Il n'y a que mes révisions perso qui me motivent, rien d'autre, le reste du temps je me traîne en cours !

12:27 Écrit par Nervosa dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/05/2007

*Angry*

Je me disais que c'était rien de me couper, je me disais que je contrôlais et qu'il ne pouvait rien m'arriver... jusqu'au jour, où je pissais le sang et j'ai dû me faire recoudre. Ca m'a calmée, je ne le fais pratiquement plus. J'ai eu peur, et l'angoisse est beaucoup plus efficace qu'une psychothérapie.

C'est pareil pour ma boulimie. Je crois contrôler et ne pas prendre de poids est le plus important.

Je me gâche, je sais. Le pire dans tout ça est le fait d'avoir réussi à perdre du poids pendant 6 mois il y a un an et demi. J'étais forte, avec une volonté tenace et du jour au lendemain, tout s'est brisé. Je n'ai pu recoller que les morceaux, mais maintenant tout est complétement cassé et parti à la poubelle. Je n'aurais jamais du perdre du poids. Ce fut une erreur. J'aurais toujours eu des crises purgées ou non mais avec une alimentation saine come j'avais je n'aurais jamais pris de poids, et donc je n'en aurais jamais perdu également.

Et donc, me voilà en ce 1er mai 2007, à quelques jours de ma majorité, à me sentir frustrée, énervée, en colère et pleines de regrets face à ces kg repris. Je voudrais hurler et tout casser, crier au monde que je veux perdre, 5, 10 et même 15 kg.

J'ai perdu espoir en ma perte de poids, et ça, ça me bouffe de l'intérieur. Pourquoi les gens normaux qui font des régimes ils perdent très vite et mangent à leur faim ?

Moi, j'ai bousillé mon métabolisme de base, il faut que je crève la dalle pour perdre même pas un kg par semaine et je finis par criser. J'étais dans ce cercle vicieux pendant plus d'un an, et j'aimerais bien y retourner pour me sentir forte et puissante mais aussi pour ne plus sentir mon jean qui me comprime les cuisses et me donnent les larmes aux yeux.

 

(PS : Après relecture, je trouve ce texte très décousu. Mais bon, je suis en colère contre ma boulimie, et ça, c'est mon état d'esprit présent !)

19:31 Écrit par Nervosa dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Je croyais que ça passerait tout seul...

J'ai faim, si faim et en même temps j'ai tellement envie de manger. Hier je suis descendue en ville, et même si j'ai fumé, je n'ai pas pu m'empêcher de m'acheter qqchose à criser. Je me suis pris 500gr de riz au lait, j'avais une envie de yaourt. Mais c'était pas assez, alors j'ai bu un litre de lait chocolaté. Ca m'avait comblé le vide qui me prenait le ventre. Je n'ai pas vomi, j'aime pas vomir chez moi, même si je suis seule j'ai toujours peur qu'un jour je n'entende pas mes parents rentrer et qu'ils me prennent en flag. Ils n'en savent rien, ils n'en sauront jamais rien. Ils ont déjà assez souffert quand j'étais dépressive il y a 2/3 ans. Et puis j'ai pas envie d'aller voir un psy. En fait je ne sais même pas pourquoi je ne veux pas m'en sortir. Dès que je vomis pas je souffre, quand je vomis une crise ça me fait rien après tout. Je me soignerais seulement si un jour je fais un malaise, ou que j'ai un ulcère.

Je me trouve conne j'aurais dû me soigner quand je suivais une psychothérapie pour ma dépression. En ce temps je ne pensais même pas que c'était de la boulimie. Je pensais que ça allait s'arrêter dès que je serais guérie de la dépression. Mais, non, je me suis fourée le doigts dans l'oeil, et ce qui était un symptôme est devenu un syndrôme.

 

DEPRESSION_by_optiknerve_gr

 

11:26 Écrit par Nervosa dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |